• Accueil
  • > Critiques - Roman jeunesse

Entités (1) Le Jour de l’Éveil – Mathieu Fortin

26062010

Entités (1) Le Jour de l'Éveil - Mathieu Fortin dans Critiques - Roman jeunesse Entites

ENTITÉS (1)

LE JOUR DE L’ÉVEIL

(MATHIEU FORTIN)

ROMAN JEUNESSE – ÉDITIONS TRAMPOLINE – 268 PAGES – 13.95$

Depuis des temps immémoriaux, les Entités tentent de voler les corps des humains pour reprendre le contrôle de la Terre. Seuls quelques valeureux membres d’une Confrérie secrète, les Talentés, mènent le combat pour les en empêcher. Cependant, ils sont de moins en moins nombreux et le triomphe des Entités est imminent. Jusqu’à l’arrivée de trois adolescents qui, avant aujourd’hui, ignoraient tout de cette histoire. En ce jour de l’éveil, les destins de Corinne, Victoria et Casimir seront étroitement liés à la survie de l’humanité.

Ce livre de Fortin est le plus long à ce jour.  Mieux encore, il est le premier d’une série de peut-être cinq à sept romans.  La plume de l’auteur s’en est-il ressentie? Et quand est-il de son style habituel pour les formes courtes? Ma réponse à la première question serait plutôt un oui et un non et la réponse à la deuxième serait que l’auteur a peut-être mal dosé son adrénaline, ce qui me chicote un peu.

Tout d’abord, soyons clairs, il est indéniable que j’irai m’acheter le deuxième tome à sa sortie.  L’univers créé par Fortin me plaît.  Il est accessible, suit tout de même un bonne logique et les personnages y sont attachants.  L’intrigue est bien modelée, de sorte que la suite nous paraît inévitablement une lecture primordiale. 

Mais, je n’ai pas seulement hâte de trouver réponses à mes questions dans les prochains tomes, j’ai aussi l’envie de voir si le style de l’auteur sera mieux adapté.  Je m’explique: dans le Loup du Sanatorium, par exemple, où même dans le Protocole Reston, j’aimais avoir une bonne dose d’action en un court laps de temps.  Ça me crinquais, ça me donnait le goût de vivre les évènements.  Pour Entités, j’ai plutôt le goût d’une quête, elle aussi bourrés de défis et de moments de combats, mais à plus faibles doses.  Dans le premier tome de cette série, surtout vers la fin, je me suis senti désemparé, perdu dans un bouillon d’acide et d’émotions fortes, perdant un peu le fil dans des scènes que je trouvais parfois chaotiques.  Les évènements arrivent trop vites, ne laissant pas le temps au lecteur d’assimiler ce qu’il se passe.   

Mathieu Fortin est un gars d’action, ça se sent et ça se lit.  Un parfait équilibre entre l’énigme et l’adrénaline mettrait cette série beaucoup plus en valeur. Bref, j’ai très hâte de me faire une idée du tome 2 (Trahisons).  En tout cas, le titre laisse présager que j’aurai peut-être ma part de suspense. 

Ma note: 6/10




Cris de Sang – Jonathan Reynolds

17042010

Cris de Sang - Jonathan Reynolds dans Critiques - Roman jeunesse 998243-gfCRIS DE SANG

(JONATHAN REYNOLDS)

ROMAN JEUNESSE – Z’AILÉES (ZONE FROUSSE) – 90 PAGES – 8.95$

 

Miriam ne parvient pas à détacher son regard de la place déserte à sa gauche. Depuis le début de l’année, à tous les jours de classe, ce pupitre et cette chaise sont occupés par Ève. 

– Moi, je sais ce qu’il lui est arrivé, chuchote Lily, assise derrière Miriam.

– Qu’as-tu dit?

– Je sais ce qui est arrivé à Ève. Le croque-mitaine l’a enlevée la nuit dernière… 

C’est impossible, pense Miriam. Après tout, les monstres n’existent pas. N’est-ce pas?

 

Les Éditions Z’Ailées ont décidé récemment de partir la collection Zone Frousse, une série de courts romans d’horreur pour préados, un peu comme les Chairs de Poule, mais à la sauce québécoise. Ma première lecture fut agréable.  J’ai eu l’impression de retomber en enfance avec ce Cris de Sang de l’auteur sherbrookois Jonathan Reynolds.  Ce qu’il y a d’intéressant, c’est qu’il évoque les concepts courants des jeunes (par exemple les rangées avant d’entrer dans l’école primaire), leur permettant de s’identifier dans le livre.

Ayant lu d’autres romans  de l’auteur, j’ai été content de retrouver son style habituel pour des lecteurs plus jeunes, c’est-à-dire, ses mots brefs et précis qui veulent tout dire et ses phrases courtes qui semblent avoir été pensées longuement.  Parce que le scénario n’invente rien: une histoire de croque-mitaine, un affreux monstre qui se nourrit de la peur des enfants. Et le roman a deux parties: l’avant combat et le combat.  Le manque de profondeur m’a un peu déçu, mais la crédibilité des personnages et le côté enfantin bien figuré m’a plu et charmé.

Une lecture, assurément, même pour les grands et, pour les jeunes, il s’agit là d’une lecture facile, sans anicroches.

Décidément, je me dois d’explorer davantage cette collection.  Certains me diront de lire Les Fantômes de Péka, de Mathieu Fortin. Je dois y penser, je dois y penser…

Ma note: 7.5/10

 







decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE