L’instantanéité: je m’en sacre !

3 09 2011

Facebook.
J’aime.
Pouce levé.
Sauf le suivi pas à pas. Le moment présent sur internet. La surexposition de l’instantanéité.

Je parle pas d’exposer un peu de son quotidien. Ça fait parti des réseaux sociaux et ça donne un peu des nouvelles d’une personne. Et après tout, ceux dont on ne veut pas voir le statut passe dans notre écran à la vitesse grand V, tellement qu’ils nous glissent des yeux. Non ! Je parle de ceux qui, constamment, disent ce qu’ils font, nous expose leur vie plate !

Lundi matin : je m’en vais travailler
Mardi matin: je m’en vais à la job
Mercredi matin: et oui, je travaille encore
Jeudi matin: Visite du roi, de la femme et de son petit prince. Après je travaille.

Quelque chose qui ne me passionne pas non plus, c’est la vague de «je prend mon cellulaire et je décris LIVE ce que je vois». Un peu comme on fait avec Twitter. Les hashtags d’un gala, par exemple, me font frémir. Farme ta yeule, savoure ton gala et après tu commenteras ! On a tu besoin d’être plogué pour vivre?

En passant, dans l’émission Monsieur Net à M+. Je ne sais pas s’ils font encore ça, mais c’est vraiment dégueulasse de mettre une bande passante de Twitter à la télé et d’exposer des messages de gens qui ne savent pas écrire caca sans faire de fautes. La preuve? KK

L’instantanéité, c’est de vivre le moment présent avec d’autres humains, ton chien ou ton koala. C’est pas de le partager au monde entier, il me semble, et de perdre l’essentiel.

D’ailleurs, on le perd de plus en plus…


Actions

Informations



Laisser un commentaire




decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE