• Accueil
  • > Archives pour février 2011

La Scouine – Albert Laberge

11022011

La Scouine - Albert Laberge dans Critiques - Roman mariannelesperanceanalyseimage1

LA SCOUINE

(ALBERT LABERGE)

ROMAN – TYPO – 142 PAGES – 11.95$

La Scouine est le premier roman réaliste publié au Québec. Ces scènes de la vie rurale, qui décrivent, d’un regard pessimiste, les moeurs et les coutumes paysannes, composent un «anti-roman de la terre». On y lit des scènes de l’enfance, de l’adolescence et de la vie adulte de Paulima Deschamps, dite la Scouine, une vie pleine de laideurs, de cruautés et de misères. D’abord honni par l’Église puis discuté par l’institution littéraire, ce roman a finalement connu une heureuse carrière. Adapté à la scène et au cinéma, il a toute sa place dans l’étude de l’histoire littéraire.

Dans le cadre de mon troisième cours de français au CEGEP, intitulé Littérature Québécoise, l’enseignante n’a pu passé à côté de ce premier roman réaliste qui traduit bien l’époque des premières littératures au Québec. On y voit des éléments du terroir, c’est-à-dire l’importance que l’on accorde à la terre, à la nature et à la religion. Le livre transpose assez bien le lecteur dans ce Québec ancien, qui ne date pourtant pas de si longtemps.

L’impression que donne les mots de Laberge est troublante. J’ai senti une espèce de frustation envers ce manque flagrant de liberté dont était affublé nos ancêtres. Je n’ose croire à la vie rurale, parfois décadante, des temps où la libre pensée s’avérait une utopie.

Les personnages sont vaillants, même certains ne le sont pas, mais certes, ils ont leur âme bien à eux. Ils existent et on croit lire un documentaire sur des gens bien réels. Pourtant, il s’agit bel et bien d’une histoire romancée où quelques atrocités peuvent arriver. En effet, on rencontre le tempérament de la dite Scouine, surnom donné lorsqu’elle était jeune parce qu’elle pissait au lit, une personnalité égocentrique, agaçante et même parfois choquante. On constate que le bonheur de la terre n’est pas toujours présent et c’est là, selon moi, la raison pour laquelle cet oeuvre de Laberge a été proscrit par l’Église à l’époque.

Un bon livre à lire avec de courts chapitres qui ressemblent à des scènes, à des capsules, plutôt qu’à des évènements qui se croisent et se suivent. La lecture est plutôt facile, quoique le roman reste dans le courant réaliste. De mon côté, j’aime plus ou moins ce genre, mais la lecture imposée fut tout de même agréable. La décision de relire sera longuement réfléchie. 




Les Sens – Théâtre La Rubrique

3022011

Les Sens - Théâtre La Rubrique dans Critiques - Théâtre

Le Théâtre La Rubrique présente

Les Sens

La production estivale du Théâtre La Rubrique à Jonquière ne laisse pas indifférent. Cette année, c’est une écriture à six mains que l’on propose sur la scène de la salle Pierrette-Gaudreault. Réunis sous le thème des sens, les textes de Michel-Marc Bouchard, Sylvie Bouchard, Daniel Danis, Jean-Rock Gaudreault, Larry Tremblay et Pierre-Michel Tremblay sont à l’honneur. Notons ici que ce sont tous des dramaturges régionaux (et qu’on a du talent au Saguenay!)

Chaque auteur à donc eu le défi d’écrire une courte pièce sur un des sens en incluant le sixième. Tant de diversités amène un aspect plutôt intéressant à la production, où le spectateur découvre l’univers particulier de chacun des écrivains. Nous assistons carrément à six pièces différentes et les comédiens savent varier le jeu pour nous le faire sentir. J’ai aimé être tantôt touché, tantôt amusé. L’amalgame de sentiments divers crée une harmonie, quoique certaines scènes soient un peu inégales.

Malgré cela, rien n’empêche que vous passerez une bonne soirée. Les gags sur le kiwi, ce fruit nouveau de Nouvelle-ZZZZélande, vous fera bidonner et dilatera votre rate. Vous en sortirez grandi, peut-être pas mentalement, mais du moins vos coins de lèvres toucheront probablement vos oreilles. La mise en scène entraînante déchaîne un flot d’adrénaline et on a le goût de passer à la scène suivante: «Le goût CHECK!, NEXT! Le toucher… que se passera-t-il? Qu’attend-il ce personnage?…» Bref, l’ambiance est digne d’une spectacle de grande qualité.

Parlant du toucher, je vais me remémorer longtemps de la piécette (ça se dit tu?) de Jean-Rock Gaudreault. On assiste à un combat philosophique sur la vie et sur les sentiments humains. Benoît Lagrandeur m’a époustouflé.  Son jeu impeccable m’a carrément fait oublier le comédien et j’avais un réel abandon. La violence et la douceur, ultimes contrastes, étaient au rendez-vous. Chapeau! Melon et haut de forme, tout ce que vous voulez!

Cet abandon n’a pas duré toute la production. J’ai senti une légère surabonce de détails visuels à la fin fin fin. En gros, j’aurais aimé m’imaginer un certain policier embarquer la vieille, pas le voir sur scène. Parce que sincèrement, je ne croyais pas à ce sixième sens, jusqu’à ce que la chute me renverse. J’ai aimé l’idée, l’atmosphère, et ce revirement de situation. La production aurait pu finir quand la vieille meure, selon moi.

Néanmoins, il reste que j’ai adoré ma soirée. Il y a peut-être ce jeu plaqué et énervant dans le texte sur la vue qui m’a choqué, mais après mûres réflexions, j’ai compris l’idée derrière tout ça. Une exagération de joie vivre, contrastant avec ce personnage marqué joué par Patrice Leblanc.

Je noterais aussi que les images vidéos de Boran Richard sont vraiment agréables à regarder.

À voir.

Absolument.

Les Sens du Théâtre La Rubrique est présenté du 26 janvier au 12 février à la Salle Pierrette-Gaudreault du Mont-Jacob. Une mise en scène de Benoît Lagrandeur assisté par Christian Ouellet avec Émilie Gilbert-Gagnon, Benoît Lagrandeur, Patrice Leblanc, Sara Moisan, Guillaume Ouellet et Guylaine Rivard.

 




Prochainement dans Brèves no82

1022011

Surprise pour moi aujourd’hui.

Je reçois un beau courriel de Danielle Shelton, directrice littéraire chez Brèves Littéraires. Elle me soumet ma micro-nouvelle Suspect de Glace, mise en page, pour le prochain numéro. Le très court texte (environ 200 mots) sortira donc dans la revue en mars 2011.

Voici la couverture du Brèves no82:

Prochainement dans Brèves no82 dans Écriture 82-couverture_web







decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE