• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 16 janvier 2011

Le Paradoxe du Gros Égo

16012011

La réflexion m’est venue lors d’une conversation sur les gros égos. Tu sais, ceux qui ne rentrent pas dans le cadre de la porte, dû à une enflure subite de la boîte crânienne. Ou comme dirait Louis-José Houde dans sa complainte de la parade à suivre, ceux qui n’ont pas assez de brou à péter qu’ils doivent s’en faire livrer à domicile. Je parle de ce problème là.

Je trouve ça paradoxal tout de même. En fait, un peu. Parce que pour réussir dans vie – question totalement subjective: qu’est-ce que réussir sa vie? – il faut assurément un peu d’égo pour pouvoir foncer ici et là. On a besoin d’estime, on a besoin de confiance, on a besoin de se sentir beau et bon, on a besoin d’un bonne coupe au bon prix Moores. Bref, ça prend de l’assurance non?

Là ou je tique – et où je tiquerai toujours – c’est dans l’excès. À quelque part sur la Terre, il faut toujours des gens pour se croire sur la Lune. Ça me fatigue. Jusqu’à quel point ? Au point où je ne les supporte pas ces gens. Vouloir à tout prix être supérieur aux autres, vouloir absolument faire sentir les autres comme de la merde, que ce soit voulu ou non, je trouve ça insignifiant.

Ma question demeure. Si t’as un bon égo, on peut dire que tu es rempli d’assurance et que tu fonces. Si tu as un mauvais égo, tu es renfermé mais pas nécessairement une mauvaise personne. Si tu as trop d’égo, se peut-il à quelque part qu’il t’en manque? Que tu dois être superficiel pour bien paraître? Que tu dois monter pour ne pas descendre?

À travers les artistes, la question de supériorité reste toujours. On parle de clique du plateau, on parle de «frais chier» qui ont tort d’avoir tant d’argent, on parle de pogneurs de beignes subventionnés qui se la coule douce. À l’inverse, on parle aussi de gens qui sont dont sympathiques, d’une Céline qui est si près du peuple, d’un tel ou tel qui a l’air tellement humble.

Je crois qu’il faut faire la part des choses. Il y a autant d’artistes qui ont tort de se croire supérieurs à nous, car ce point est si subjectif, que d’autres qui semble afficher cette supériorité en raison des médias, mais qui ne devraient tellement pas se faire juger aux premiers potins! Une chose certaine, il est vrai que les artistes ont cette passion qui les dévore et qu’ils connaissent leur sujet au même niveau qu’un mécano connait ses pièces d’auto. L’excès sera toujours de trop, j’en conviens. Il faut donc faire attention à comment nous traitons les autres, puisqu’à prime abord, nous sommes tous des humains non?

Disponible sur le voir.ca







decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE