Come «in»

27 02 2010

Micro-Nouvelle publiée dans une édition de Fax! en Belgique sous le thème Et Vous? Esclaves de la Mode

Come «in»  dans Écriture ecc

L’invitante vitrine alluma son désir de consommer et, dès que ses pieds franchirent l’entrée de la boutique, elle attira les morceaux de vêtements tel un aimant ultra puissant. Chaque tissu prenait vie et chaque maille semblait bourrée d’une énergie affreusement convaincante. De partout, les clients étaient pris au piège par une horde de textiles démoniaques. Les pantalons tenaient fermement les chevilles, enroulant le pied du talon au bout des orteils. Les chemises tentaient par tous les moyens de s’incruster dans la peau et les boutons laissaient, sous cette pression, une cicatrice bien ronde. Les foulards, après avoir volé jusqu’au consommateur, jouaient les serpents en les étouffant, les chapeaux voulaient se visser sur leur tête et les souliers à talons hauts manquaient de peu leur arracher un œil. Dès que ses pieds franchirent l’entrée de la boutique, ce fut le début de son combat.

Elle écarta au passage tout vêtement voulant l’attaquer et évita de justesse une longue robe rouge qui voulait l’enrober en entier. Elle commença à courir, mais une ceinture la prit de court et lui bloqua les jambes. Elle tomba et ne put se relever. En quelques secondes, elle fut ensevelie d’une montagne de tissus s’agglutinant sur elle et l’écrasant de son poids de plus en plus lourd. Les derniers morceaux à la mode, les accessoires les plus « in » et les tendances du moment pesaient sur elle. Elle mourut lentement, suffocant sous ce triste fardeau.

Absorbés par un corps inerte, les vêtements devinrent éphémères et après avoir tué plusieurs clients, la boutique ferma ses portes. Car voyez-vous, les vêtements « in » se démodent au rythme qu’ils quittent votre peau.


Actions

Informations



7 réponses à “Come «in»”

  1. 27 02 2010
    Gen (20:17:07) :

    Excellent! :)

  2. 27 02 2010
    kevengirard (20:18:33) :

    @Gen: Merci Beaucoup!

  3. 28 02 2010
    richard tremblay (10:32:01) :

    C’est bon, Keven, bravo. Une autre publication sous la *ceinture* !

  4. 28 02 2010
    Isabelle Lauzon (15:09:16) :

    Très bon texte! Ouf! Je suis bien contente de ne pas être une accro à la mode… C’est que ça peut tuer, ce penchant-là!

  5. 28 02 2010
    kevengirard (16:50:58) :

    @Richard: Effectivement! Ce qui est le fun avec les publications à la ceinture, c’est que tu ne croule pas sous le poids.

    @Isabelle: Merci Isa. C’est ce genre d’image qui m’a accroché quand la prof nous a annoncé le thème. Être esclave de la mode, il n’y a rien de pire

    PS: Ironiquement, je trouve vraiment hilarant les annonces google qui associent le texte à des annonces pour vêtements. On parle du danger de la mode et google se charge de la promouvoir. Trop drôle xD

  6. 28 02 2010
    PierreH (17:38:08) :

    Une nouvelle qui survivera à toutes modes. Chapeau ;)

  7. 1 03 2010
    kevengirard (08:40:35) :

    @Pierre: Très gentil! Merci

Laisser un commentaire




decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE