• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 23 décembre 2009

Statut: Absent

23122009

Voilà, tel que j’ai annoncé sur le blogue de Geneviève Blouin, je prend une pause du Web du 24 décembre au 3 janvier. Vous n’aurez donc aucune nouvelle de moi d’ici le 4.

J’en profites donc pour vous souhaiter à tous un Joyeux Temps de Fêtes et une Bonne Année. C’est une nouvelle décennie qui commence, c’est un temps nouveau qui commence, à moins qu’on crève tous en 2012, mais j’ai bon espoir…

Sur ce, je souhaite aussi vous avertir que la bannière Joyeux Noël en haut restera là jusqu’au 4 janvier donc ne grincer pas les dents, ma bannière pour l’hiver est déjà prête et elle sera en fonction dès le mois prochain.

PS: Ma critique de Clair/Obscur #6 est remis plus tard finalement…




Faites découvrir l’évasion

23122009

Faites découvrir l'évasion dans Train de Vie livresPOUR NOËL OU À TOUT MOMENT DE L’ANNÉE, FAITES DÉCOUVRIR L’ÉVASION QUE PROCURE LA LITTÉRATURE

Faut que je vous raconte une histoire: celle de ma mère. 

Pour mettre en contexte, ma mère est une dame qui a malheureusement pas eu la chance d’avoir beaucoup d’éducation.  Elle survit par ses propres moyens, elle est fière de ce qu’elle même si souvent certaines personnes la juge.  Moi, je suis fier de ce qu’elle est, je l’aime énormément, ma mère.

Mais bon, restons dans le sujet littéraire.  Donc, ma chère mère a commencé il y a quelques années à s’intéresser au roman savon Harlequin.  Elle aimait les histoires d’amour et pour elle des petits livres comme ça c’était parfait.  Je l’admirais de s’intéresser comme ça à la littérature, elle qui avait peu de culture.  Je lui ai donc offert l’an dernier six livres Harlequin qu’elle a lu hyper rapidement.

Voilà qu’il y a quelques temps, je vois qu’elle lit le premier tome des Accoucheuses d’Anne-Marie Sicotte, une méchante grosse brique.  J’en suis époustouflé.  Et en plus, elle me raconte l’histoire, prouvant qu’elle a bien lit du début à la fin et qu’elle a aimé.  Maintenant, à chaque fois que je retourne la voir, elle a toujours avec elle des romans assez épais, disant qu’elle aime mieux les longues histoires parce que ça lui permet de s’évader plus longtemps.  Je lui ai acheté le tome 2 des Accoucheuses pour Noël!

Une autre exemple rapidement.  Il y a deux ans, un de mes amis ne lisait quasiment rien.  Comme j’étais bénévole au Salon du Livre du Saguenay, je l’ai prié de venir.  Il m’a dit à ce moment là qu’il avait de l’argent pour acheter seulement un livre mais sans plus.  Comme je savais que c’était un gamer de jeux fantastiques comme Final Fantasy, je lui ai conseillé un classique: Amos Daragon.  Je l’ai vu par la suite lire toute la série (12 tomes) et commencé la série des Chevaliers d’Émeraude (12 tomes) qu’il a fini en une année.  Pas pire pour un gars qui lisait rien que les Harry Potter aux trois quatres ans avant.

 Donc, pour Noël ou pour tout autre moment de l’année, faites découvrir la lecture à un proche, n’ayez pas peur qu’il refuse le tout.  Des bouquins, il y en a pour tout les goûts et vous risquez de lui faire découvrir la littérature telle qu’elle est, c’est-à-dire remplie de richesses et d’évasion…




Les 2 font la père

23122009

Les 2 font la père dans Critiques - Film 12813daab86beb66c14debc4e54cfd7a

Une comédie pas vraiment comique, donnant quelques sourires en coin et peut-être un fou rire, sans plus.

Les têtes d’affiches m’ont amené à aller voir ce film avec une amie.  Habituellement, on est alléché par un duo Travolta-Williams, pensant que le long métrage nous dilatera la rate du début à la fin.  Cependant, la réalité de cette oeuvre cinématographique en est tout autre.  On se retrouve coincé entre l’affection et le rire, ne nous donnons que quelques parcelles de chacune d’entre eux, détruisant parfois les sentiments qu’on pourrait éprouver.

Les répliques sont passablement correctes, tout comme le jeu des acteurs.  Les deux talents ne montrent pas vraiment le leur dans ce film, malheureusement pour le téléspectateur.  Les situations comiques sont grotesques, poussés au maximum ( une échange de pilules donnant des effets secondaires ridicules, un ours mal léchée caressant le traitre de la gang, un passage parmi les pingouins, et j’en passe). 

Au début, mon amie m’a dit une phrase qui peut réveler quel genre de film il s’agissait ici.  Elle a dit, lorsque les enfants connaissent leur père pour la première fois, et ils ont huit ans: «C’est la première fois qu’ils le voient et ils l’appellent déjà PAPA, c’est pas crédible»

Voilà une location DVD, rien de plus.

Une note? Bah disons cinq sur dix…







decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE