L’Affaire Trystero – Laurent Chabin

16 12 2009

L'Affaire Trystero - Laurent Chabin dans Critiques - Roman 12807

L’AFFAIRE TRYSTERO

(LAURENT CHABIN)

ROMAN – ÉDITIONS HURTUBISE – 184 PAGES – 12.95$

Résumé:

Un crime particulièrement ignoble vient d’être commis sur un campus. Douglas Feral, la victime, professeur au département d’histoire ancienne à l’Université de Calgary, était un homme tranquille et respecté, qui n’avait aucun ennemi connu. S’agit-il d’une erreur ? Or, au fur et à mesure que défilent les témoins – qui, chacun leur tour, prennent la parole – le mystère s’épaissit et le nom de l’énigmatique et insaisissable Trystero apparaît partout, n’apportant que confusion et ténèbres supplémentaires. Qui est ce mystérieux personnage surgi d’un autre âge? Quelles sont ses effrayantes motivations? A-t-il vraiment existé ? L’inspecteur Keaton secondé par son acolyte Arbuckle, mène l’enquête. Tous deux déstabilisés par tout ce charabia de lettré, doivent demander l’aide du Dr V. Pynchon, médecin légiste et ancien étudiant de Feral. Tandis que l’enquête piétine, sous l’oil attentif de l’assassin, les meurtres s’accumulent et l’effroyable vérité – que personne ne veut vraiment affronter – demeure cachée sous les mours hypocrites des plus hautes personnalités de la ville. Proxénètes, professeurs d’université, jeunes femmes asiatiques et inspecteur de la GRC se côtoient dans ce polar polyphonique passionnant.

Commentaires

Une roman sans réel intérêt qui ne pique rien du tout, sinon l’envie de dormir.

Faut l’avouer, vite comme ça, le quatrième de couverture met l’eau à la bouche.  Cependant, au fil de la lecture, je me suis rendu compte que l’essentiel m’avait déjà été dit et que les supposées surprises dans le roman étaient soit trop banales, soit mal amenées donc évidentes, soit clichées.  Prenez l’exemple sur la finale où on nous balance comme ça, à froid, que l’agresseur était victime et qu’elle avait une jumelle qui explique tout.  En passant, les jumelles qui se font passées pour leur soeur, c’est passé mode et déjà vu.

Il m’a fallu un réel effort pour terminer la lecture de ce bouquin car j’espérais tout de même être surpris.  Non. Rien.  La mort totale.  J’ai eu l’impression que les punchs étaient balancés tout croche et que ça donnait, au final, rien du tout. L’enquête tourne en rond, les policiers sont incompétents, la littérature anglaise a une place de choix et le nom de Trystero qui revient tout le temps est semi inutile.  On aurait pu s’en passer. 

Le style de l’auteur est travaillé mais sans plaisir dans la lecture.  Un peu comme un orateur qui choisit bien ses mots mais qui a un timbre de voix trop sobre ou terne.  C’était endormant.  J’ai vraiment été chanceux que le livre ne contiennent que 184 pages sinon je n’aurais pas réussi à aller jusqu’au bout.  Les répétitions de situations sont nombreuses, trop, malheureusement. 

Finalement, je vous le recommande pas vraiment, il se fait de la lecture policière meilleure que ça au Québec.  En fin de livre, on stipule que c’est la première fois que l’auteur s’adresse à un public plus vieux.  Il aurait peut-être dû rester dans le jeunesse.

Ma note: 3.5/10

Liens:

+Éditions Hurtubise  

+L’Affaire Trystero – Archambault.ca


Actions

Informations



3 réponses à “L’Affaire Trystero – Laurent Chabin”

  1. 16 12 2009
    richard tremblay (15:29:45) :

    Han, des jumelles qui se font passer pour leur soeur, wow, mais c’est i-né-dit !

    J’ai lu 3 romans de Chabin (dont 2 Coups de tête) et je dois avouer avec toi que je le trouve ennuyeux comme la pluie. Moi, j’abandonne cet auteur. Adios.

    Bravo pour le commentaire pas piqué des vers.

  2. 16 12 2009
    Pierre H (17:04:38) :

    Une autre critique sur Chabin qui sombre dans le négatif.
    J’ai un de ses romans en ma possesion. je vais le lire pour m’en faire une idée.
    .. Et une critique qui a tout un aplomb.

  3. 16 12 2009
    kevengirard (17:14:36) :

    @Richard: Merci! Le roman me donne pas envie de continuer à lire sa plume, et tu viens confirmer mon choix. Pour mon commentaire, je me sens toujours un peu mal à l’aise à faire des critiques négatives. Mais j’aime dire réellement mes impressions face à ce que j’ai lu, que ce soit bon ou non. Car c’est sur l’oeuvre que je frappe, et non sur l’auteur. Tu l’as même vu toi-même Richard que cela peut mal virer, que je peux me faire traiter de pseudo-critique, de boutonneux derrière mon ordi ou de frustré de la vie de ne pas avoir percer en littérature…

    @Pierre: J’ai hâte d’avoir tes commentaires sur le roman! Et merci pour la critique, je m’améliore de plus en plus…

Laisser un commentaire




decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE