• Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Statut: Absent

23122009

Voilà, tel que j’ai annoncé sur le blogue de Geneviève Blouin, je prend une pause du Web du 24 décembre au 3 janvier. Vous n’aurez donc aucune nouvelle de moi d’ici le 4.

J’en profites donc pour vous souhaiter à tous un Joyeux Temps de Fêtes et une Bonne Année. C’est une nouvelle décennie qui commence, c’est un temps nouveau qui commence, à moins qu’on crève tous en 2012, mais j’ai bon espoir…

Sur ce, je souhaite aussi vous avertir que la bannière Joyeux Noël en haut restera là jusqu’au 4 janvier donc ne grincer pas les dents, ma bannière pour l’hiver est déjà prête et elle sera en fonction dès le mois prochain.

PS: Ma critique de Clair/Obscur #6 est remis plus tard finalement…




Faites découvrir l’évasion

23122009

Faites découvrir l'évasion dans Train de Vie livresPOUR NOËL OU À TOUT MOMENT DE L’ANNÉE, FAITES DÉCOUVRIR L’ÉVASION QUE PROCURE LA LITTÉRATURE

Faut que je vous raconte une histoire: celle de ma mère. 

Pour mettre en contexte, ma mère est une dame qui a malheureusement pas eu la chance d’avoir beaucoup d’éducation.  Elle survit par ses propres moyens, elle est fière de ce qu’elle même si souvent certaines personnes la juge.  Moi, je suis fier de ce qu’elle est, je l’aime énormément, ma mère.

Mais bon, restons dans le sujet littéraire.  Donc, ma chère mère a commencé il y a quelques années à s’intéresser au roman savon Harlequin.  Elle aimait les histoires d’amour et pour elle des petits livres comme ça c’était parfait.  Je l’admirais de s’intéresser comme ça à la littérature, elle qui avait peu de culture.  Je lui ai donc offert l’an dernier six livres Harlequin qu’elle a lu hyper rapidement.

Voilà qu’il y a quelques temps, je vois qu’elle lit le premier tome des Accoucheuses d’Anne-Marie Sicotte, une méchante grosse brique.  J’en suis époustouflé.  Et en plus, elle me raconte l’histoire, prouvant qu’elle a bien lit du début à la fin et qu’elle a aimé.  Maintenant, à chaque fois que je retourne la voir, elle a toujours avec elle des romans assez épais, disant qu’elle aime mieux les longues histoires parce que ça lui permet de s’évader plus longtemps.  Je lui ai acheté le tome 2 des Accoucheuses pour Noël!

Une autre exemple rapidement.  Il y a deux ans, un de mes amis ne lisait quasiment rien.  Comme j’étais bénévole au Salon du Livre du Saguenay, je l’ai prié de venir.  Il m’a dit à ce moment là qu’il avait de l’argent pour acheter seulement un livre mais sans plus.  Comme je savais que c’était un gamer de jeux fantastiques comme Final Fantasy, je lui ai conseillé un classique: Amos Daragon.  Je l’ai vu par la suite lire toute la série (12 tomes) et commencé la série des Chevaliers d’Émeraude (12 tomes) qu’il a fini en une année.  Pas pire pour un gars qui lisait rien que les Harry Potter aux trois quatres ans avant.

 Donc, pour Noël ou pour tout autre moment de l’année, faites découvrir la lecture à un proche, n’ayez pas peur qu’il refuse le tout.  Des bouquins, il y en a pour tout les goûts et vous risquez de lui faire découvrir la littérature telle qu’elle est, c’est-à-dire remplie de richesses et d’évasion…




Les 2 font la père

23122009

Les 2 font la père dans Critiques - Film 12813daab86beb66c14debc4e54cfd7a

Une comédie pas vraiment comique, donnant quelques sourires en coin et peut-être un fou rire, sans plus.

Les têtes d’affiches m’ont amené à aller voir ce film avec une amie.  Habituellement, on est alléché par un duo Travolta-Williams, pensant que le long métrage nous dilatera la rate du début à la fin.  Cependant, la réalité de cette oeuvre cinématographique en est tout autre.  On se retrouve coincé entre l’affection et le rire, ne nous donnons que quelques parcelles de chacune d’entre eux, détruisant parfois les sentiments qu’on pourrait éprouver.

Les répliques sont passablement correctes, tout comme le jeu des acteurs.  Les deux talents ne montrent pas vraiment le leur dans ce film, malheureusement pour le téléspectateur.  Les situations comiques sont grotesques, poussés au maximum ( une échange de pilules donnant des effets secondaires ridicules, un ours mal léchée caressant le traitre de la gang, un passage parmi les pingouins, et j’en passe). 

Au début, mon amie m’a dit une phrase qui peut réveler quel genre de film il s’agissait ici.  Elle a dit, lorsque les enfants connaissent leur père pour la première fois, et ils ont huit ans: «C’est la première fois qu’ils le voient et ils l’appellent déjà PAPA, c’est pas crédible»

Voilà une location DVD, rien de plus.

Une note? Bah disons cinq sur dix…




Novembre Fructueux

21122009

Ce mois de Novembre dernier, j’ai une fois de plus été parmi les 20 meilleurs blogueurs de CôtéBlogue, méritant donc une carte-cadeau de 50$.

Voici mes achats:

+ Tome 1, d’Isabelle Fréchette
+ Maudits!, d’Édouard H.Bond

et un cadeau de Noël pour un membre de ma famille!

Mes derniers articles du mois de décembre:

(KG): la version sur ce blogue-ci (CB): la version CôtéBlogue

+ Le mâle idéal, Mathieu Fortin (KG) (CB)
+ The Veldt, Ray Bradbury (KG) (CB)
+ L’Affaire Trystero, Laurent Chabin (KG) (CB)
+ Mon Vieux, Pierre Gagnon (KG) (CB)

Ne manquez pas cette semaine mes dernières critiques de 2009 :

+ Clair/Obscur #6 (Été 2009)
+ Le film «Les deux font la père»




Mon Vieux – Pierre Gagnon

17122009

Mon Vieux - Pierre Gagnon dans Critiques - Roman court 1023702-gf

MON VIEUX

(PIERRE GAGNON)

ROMAN COURT – ÉDITIONS HURTUBISE – 83 PAGES – 9.95$

Résumé:

«Léo est devenu vieux. Les vieux oublient, s’étouffent, font répéter, voient trouble, tombent, n’en veulent plus, en veulent encore, ne dorment plus la nuit, dorment trop le jour, font des miettes, oublient de prendre leur médicaments, nous engueulent tant qu’on serait tenté de les engueuler à notre tour, pètent sans le savoir, répondent quand on n’a rien demandé, demandent sans attendre de réponses, échappent puis répandent, ont mal, rient de moins en moins, gênent le passage, s’emmerdent, souhaitent mourir et n’y parviennent pas…» C’est en prenant Léo sous son aile que le narrateur s’émerveillera face à la beauté des vieux, à leur humanité. Léo: une mitaine en moins, et toujours prêt à partager ses précieux Whippet.

Commentaires:

En peu de mots, l’auteur touche et percute, simplement. 

Le récit est court et le fond est simpliste: un homme prend pour mission de s’occuper de Léo, un homme âgé tout ce qu’il y a de plus touchant.  Pas besoin d’avoir une intrigue des plus complexe pour démontrer un message aussi important et pour aborder un thème tabou.  La vieillesse étant près de la mort, et la mort étant notre fin, on n’ose pas en parler.  Pourtant, Pierre Gagnon le fait bien ici et il démontre les beautés de la vieillesse comme sa désolante complexité.

Le style de l’auteur est agréable.  Il y a un réel plaisir à lire ces phrases bien formées, qui démontre  l’état d’esprit du narrateur avec qui on se confond.  On entre dans sa tête, on compatie pour sa grande générosité et son vouloir d’aider les autres au mieux qu’il peut.  Il y a de l’émotion dans ce court roman.

C’est pas énorme, mais c’est efficace.  Je me rappelle une conférence où Pierre Gagnon faisait justement partie.  Il disait que les romans courts font un peu peur au Québec.  Les gens ont souvent tendance à associer les bons livres avec les briques.  Pourtant, c’est dans le petit qu’on trouve de petits bijoux…

Ma note: 9/10

Liens:

+Éditions Hurtubise

+Mon vieux – Archambault.ca




L’Affaire Trystero – Laurent Chabin

16122009

L'Affaire Trystero - Laurent Chabin dans Critiques - Roman 12807

L’AFFAIRE TRYSTERO

(LAURENT CHABIN)

ROMAN – ÉDITIONS HURTUBISE – 184 PAGES – 12.95$

Résumé:

Un crime particulièrement ignoble vient d’être commis sur un campus. Douglas Feral, la victime, professeur au département d’histoire ancienne à l’Université de Calgary, était un homme tranquille et respecté, qui n’avait aucun ennemi connu. S’agit-il d’une erreur ? Or, au fur et à mesure que défilent les témoins – qui, chacun leur tour, prennent la parole – le mystère s’épaissit et le nom de l’énigmatique et insaisissable Trystero apparaît partout, n’apportant que confusion et ténèbres supplémentaires. Qui est ce mystérieux personnage surgi d’un autre âge? Quelles sont ses effrayantes motivations? A-t-il vraiment existé ? L’inspecteur Keaton secondé par son acolyte Arbuckle, mène l’enquête. Tous deux déstabilisés par tout ce charabia de lettré, doivent demander l’aide du Dr V. Pynchon, médecin légiste et ancien étudiant de Feral. Tandis que l’enquête piétine, sous l’oil attentif de l’assassin, les meurtres s’accumulent et l’effroyable vérité – que personne ne veut vraiment affronter – demeure cachée sous les mours hypocrites des plus hautes personnalités de la ville. Proxénètes, professeurs d’université, jeunes femmes asiatiques et inspecteur de la GRC se côtoient dans ce polar polyphonique passionnant.

Commentaires

Une roman sans réel intérêt qui ne pique rien du tout, sinon l’envie de dormir.

Faut l’avouer, vite comme ça, le quatrième de couverture met l’eau à la bouche.  Cependant, au fil de la lecture, je me suis rendu compte que l’essentiel m’avait déjà été dit et que les supposées surprises dans le roman étaient soit trop banales, soit mal amenées donc évidentes, soit clichées.  Prenez l’exemple sur la finale où on nous balance comme ça, à froid, que l’agresseur était victime et qu’elle avait une jumelle qui explique tout.  En passant, les jumelles qui se font passées pour leur soeur, c’est passé mode et déjà vu.

Il m’a fallu un réel effort pour terminer la lecture de ce bouquin car j’espérais tout de même être surpris.  Non. Rien.  La mort totale.  J’ai eu l’impression que les punchs étaient balancés tout croche et que ça donnait, au final, rien du tout. L’enquête tourne en rond, les policiers sont incompétents, la littérature anglaise a une place de choix et le nom de Trystero qui revient tout le temps est semi inutile.  On aurait pu s’en passer. 

Le style de l’auteur est travaillé mais sans plaisir dans la lecture.  Un peu comme un orateur qui choisit bien ses mots mais qui a un timbre de voix trop sobre ou terne.  C’était endormant.  J’ai vraiment été chanceux que le livre ne contiennent que 184 pages sinon je n’aurais pas réussi à aller jusqu’au bout.  Les répétitions de situations sont nombreuses, trop, malheureusement. 

Finalement, je vous le recommande pas vraiment, il se fait de la lecture policière meilleure que ça au Québec.  En fin de livre, on stipule que c’est la première fois que l’auteur s’adresse à un public plus vieux.  Il aurait peut-être dû rester dans le jeunesse.

Ma note: 3.5/10

Liens:

+Éditions Hurtubise  

+L’Affaire Trystero – Archambault.ca




The Veldt – Ray Bradbury

15122009

The Veldt - Ray Bradbury dans Critiques - Autres Textes 2535891155_a066141b0f

THE VELDT

(RAY BRADBURY)

NOUVELLE dans L’HOMME ILLUSTRÉ – FOLIO SF – 10,95$

 

Voici une nouvelle que j’ai dû lire dans le cadre de mon cours d’anglais.  La version française (La Brousse) se retrouve dans le recueil de Ray Bradbury, L’Homme Illustré sous Folio SF.

 Je tenais à en glisser un mot ici parce que non seulement j’ai dû analyser le texte et présenter un exposé oral, mais parce qu’il est rare que j’apprécie une version anglaise d’un texte.  Car voyez-vous, je suis un borné de la langue française.  Pour moi, c’est ma culture, ma passion, ma nature.  Alors l’anglais, je déteste plus que tout.  Mais The Veldt était bon, sans contredis.

La famille Bradley est muni d’une maison hyper sophistiquée où ils n’ont besoin de rien faire.  La table te présente même le ketchup si tu en as besoin, c’est pour dire.  Lydia et George sont parents de deux enfants, Peter et Wendy.  Ces derniers possèdent une chambre à eux bien spéciale.  Les murs en cristaux permettent de refléter les images et de créer une sorte de virtualisateur de toutes les pensées folles des deux gamins.  Tantôt ils sont dans des royaumes enchantés, tantôt ils sont dans la jungle amazonnienne. 

Alors que les enfants sont sortis pour un festival régional, Lydia et George remarquent que le simulateur n’affiche que la jungle africaine avec de féroces lions qui effraient considérablement la mère.  À la rentrée des jeunes, ils mettent sur eux la faute du bris de l’appareil futuriste.  Ils ne veulent surtout pas que leur progéniture matérialise des paysages aussi violents.  Ils feront appel à un psychologue qui leur expliquera tout, peut-être un peu trop tardivement.

Le mélange de réflexions pertinentes sur le rôle des parents dans un univers futuriste, de décors sublimes où l’on sent, l’on goûte, l’on touche, d’une fin surprenante menant à un fort suspense…tout ça m’a permis d’apprécier littéralement l’histoire et m’a permis de voir sous un autre angle les oeuvres anglaises.  Certes, cela ne m’amènera pas à aimer cette langue mais elle me permet d’avouer que les versions originales peuvent être intéressantes, peut-être plus que les traductions.

Ma note: 8/10

Liens:

+Ray Bradbury -Wikipédia

+L’homme illustré – Produit Archambault

 




Prédictions 2010

11122009

Suite au billet récemment lu sur le blogue de Dominic Bellavance, j’ai décidé de participer au jeu. Je tenterai donc de faire des prédictions pour chaque mois de l’année 2010 et je verrai en décembre de la même année si j’ai des dons de devin…

C’est parti!

Janvier 2010

+Je commence ma session en Art et Lettres profil Interprétation et sur le coup, je trouve que ça l’air passionnant.

+Je suis déçu de ne pas avoir mon amie Émilie D.B dans mes cours mais j’ai une surprise en philo, voilà quelqu’un avec qui je vais bien m’entendre.

+J’apprend par François-Bernard Tremblay que ma nouvelle Disséquer au besoin a été retenu pour un numéro de Clair/Obscur mais il souhaite cependant que j’y apporte quelques corrections.

+Ma nouvelle Quand la mère sera calme est acceptée dans Somnambule numéro DEUX.

+J’envoie ma nouvelle pour le prix Alibis

Février 2010

+Je me rends compte que le programme Art et Lettre est pas mal difficile et que c’est beaucoup de travail, mais, je reste positif car j’adore la littérature.

+Je reçois un refus de la part de deux fanzines.

+C’est la St-Valentin et j’ai pas encore de blonde.

Mars 2010

+Je commence des répétitions pour Les Aventures d’Un Flo, j’aime ça moyen mais je suis certain que je vais me faire plein d’amis pis que je vais avoir du plaisir l’été

+Je présente ma pièce au Festival Abrackto et j’ai plusieurs amis proches qui viennent me voir et qui me félicite. Je suis pas le meilleur mais je fais tout de même fureur avec mes deux personnages.

+La semaine de relâche est chargée de devoirs.

+Je commence à écrire pour le prix littéraire Damase-Potvin

+J’envoie ma nouvelle pour le Concours Critère

Avril 2010

+On me demande d’être présent au SILQ pour le Prix Alibis, je reçois une mention.

+Je suis présent au Festival Intercollégial de Théâtre au Cégep Lionel-Groulx. On présente un extrait génial mais dans des conditions exécrables. La fin de semaine est cependant très agréable.

+Je vais au Congrès Boréal pour rencontrer tous les amis bloggueurs. Il y en a deux que je ne reconnais pas et la plupart ne me reconnaisse pas non plus.

+Les pratiques pour les Aventures d’un Flo commence à être intéressantes mais j’ai vraiment hâte à l’été pour jouer.

Mai 2010

+La fin de session est pénible et je suis à bout de souffle. J’ai cependant apprécié le changement que j’ai fait en janvier.

+J’envoie ma nouvelle à Damase-Potvin

Juin 2010

+Je me présente à La Baie car je figure parmi les finalistes pour le prix Damase-Potvin.

+Je reçois confirmation que je suis parmi les finalistes pour le concours Critère

Juillet 2010

+Lancement de Clair/Obscur avec ma nouvelle. La couverture est vraiment géniale!

+Je commence à jouer dans Les Aventures d’un Flo et je capote. Party Time!

+J’ai enfin mon permis probatoire et je m’achète une auto.

+Enfin, j’ai une amoureuse!

Août 2010

+Je déménage en appart tout seul, c’est petit mais ça fait mon affaire.

+Je termine les Aventures d’un Flo et je suis réellement triste

+Je recommence le Cégep et là je fait du vrai théâtre, fini les analyses. Je trippe à fond!

+J’ai encore quelqu’un que je connais (genre proche) dans un de mes cours…

+Ma blonde me laisse tomber pour une niaiserie.

Septembre 2010

+J’ai réussi à terminer un roman et s’amorcent les corrections.

+Je réembarque dans la troupe Abztrackto du Cégep.

+J’aime vraiment mon programme!

Octobre 2010

+Le numéro Deux de Somnambule paraît avec ma nouvelle et je vais au lancement à Montréal, je peux, car j’ai une auto.

+Le Salon du Livre du Saguenay est génial, mais je suis déçu d’y être encore bénévole. Je me jure que je serai auteur pour la prochaine édition.

+Les corrections vont pas vite vite.

Novembre 2010

+Alibis publie ma nouvelle finaliste et je me demande pourquoi il l’ont pas fait AVANT le salon du livre du Saguenay.

+J’ai une petite bourré d’écriture de nouvelles et j’en envoie plein partout, délaissant la correction de mon roman.

Décembre 2010

+La correction de mon roman n’est pas encore terminée, ce sera pour 2011!

+Je rie aux éclats en relisant les prédictions 2010!

Pour un total de 39 prédictions, la dernière étant trop facile…




2010: Mission Participation

5122009

J’ai une énergie et un regard nouveau face l’écriture. Ces trois dernières années, j’ai négligé ma participation au Prix Littéraire Damase-Potvin (récompensant des nouvelles d’auteurs du Saguenay-Lac-St-Jean) et ce, mais si j’en avais ardemment le goût. En 2009, je commence à écrire régulièrement et je découvre ma fascination pour mettre mes histoires qui me trottent dans la tête sur papier. Je sors de mon cocon…

Pour 2010, je me donne une mission: La Mission Participation

Elle consistera à participer dans la prochaine année à trois concours littéraires:

Concours Littéraire Critère

lafuite.jpg

À l’exception des lauréates et des lauréats des années précédentes, toute étudiante ou tout étudiant de niveau collégial, y compris celles et ceux du Service de la formation continue, est admissible au concours. Ne seront acceptés que les textes en prose comportant entre 3000 et 5000 mots, ou les textes versifiés de 1500 à 3000 mots. Les auteurs pourront adopter la forme qu’ils jugeront opportune, à savoir celle du récit, de l’essai, du théâtre ou de la poésie. La date limite d’envoi est le 1er avril 2010. Thème: La fuite

Prix Alibis

Le Prix ALIBIS s’adresse aux auteurs du Québec et du Canada francophone et récompense une nouvelle de polar, de noir ou de mystère. Les textes doivent être inédits et avoir un maximum de 10 000 mots (60 000 caractères). La date limite pour les envois est le 19 février 2010, le cachet de la poste faisant foi.

Concours Littéraire Les Mille Mots de l’Ermite
Les détails sont ici

Prix Littéraire Damase-Potvin

menu2009ar1c1.jpg

Est admissible au concours toute personne née et/ou résidant au Saguenay Lac-Saint-Jean, âgée de 18 à 30 ans (pour la catégorie ADULTE) et de 14 à 17 ans (pour la catégorie JEUNESSE). Les gens directement associés, de quelque façon que ce soit, à la tenue de ce concours ainsi que les lauréats (1er prix) des éditions antérieures ne sont pas admissibles. Minimum : 50 lignes (2 pages). Maximum : 75 lignes (3 pages). Thème et Date seront révélés en mars 2010

LA MISSION CONSISTE À PARTICIPER ET NON À AUTOMATIQUEMENT GAGNER. Mais j’avoue que ce serait plaisant!

Suivez la Mission Participation 2010 sur mon blogue au cours de la prochaine année. Qui sait ce que l’avenir nous réserve?




Chronique d’un AUTEUR frustré!

3122009

Bon. Le fait qu’on ne m’annonce pas que ma nouvelle est publié, ça passe. Mais là, qu’on se trompe de nom pour ma prochaine nouvelle dans …Lapsus, ça me révolte.

L’erreur est humaine, je suis d’accord. Mais il y a un manque de professionnalisme flagrant pour ne pas mettre le bon NOM de l’auteur! Moi j’ai mis de l’effort et du temps dans cette nouvelle-là, j’ai investi pour la revue, pour qu’elle aie un texte potable. Eux, ils se dépêchent de tout foutre dans leur supposé fanzine, ils impriment et après OUPS! On s’est trompé de nom.

La réponse qu’ils m’ont donné est: ON PEUT RIEN FAIRE…ON VA METTRE UN ERRATUM DANS LE PROCHAIN. S’ils avaient le moindrement un caractère professionnel, ils auraient révisé d’avance le fanzine avant de le publier. On a manqué de respect envers moi. Et s’il avait le caractère professionnel, ils réimprimeraient. Mieux vaut perdre de l’argent mais garder sa crédibilité! C’est pas moi qui a fait une erreur.

Ceci dit, la nouvelle Servante! Une tasse de thé… dans le prochain …Lapsus est de MOI et de personne d’autre.

En passant, je n’envoie plus rien à ce fanzine!







decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE