• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

À la demande générale…

30112009

camilleespresso , via un commentaire sur le billet : «Teaser de Quand tu dors…», m’a demandé de vous faire part d’un extrait de la version finale de mon manuscrit.  C’est vrai que je n’ai pas vraiment été clair sur ce blogue-ci donc je vous rappelle qu’il existe un blogue spécifique à Quand tu dors… ( http://quandtudors.blogspot.com )

 Mais pourquoi pas réunir ici le contenu du blogue? En passant, merci Camillle de  t’y intéresser, c’est très gratifiant…

Le Projet

Titre:Quand tu dors…Format: longue nouvelle (5850 mots)

Genre: Horreur, Noir

Public: 15 ans et +

L’action est très rapide!

Extrait #1

 Bam!

Dans un épais brouillard, la porte s’effondre sur le sol en un vacarme assourdissant. La poussière fuit de tous les côtés. Une silhouette noire apparaît et s’éclaircit. Un mastodonte barbu aux épaules larges et aux cheveux longs et sales surgit. Il possède en ses mains une interminable hache. Ses doigts énormes serrent le manche. Son visage se crispe de colère. Ses sourcils se froncent et ne deviennent qu’un. Il lance un cri strident autant effroyable que pitoyable. La terreur se répand d’un coup dans la maison.

Extrait #2

Plus tard dans la soirée. 

Un policier entre dans la maison sous les projecteurs de son auto-patrouille. On l’a appelé il y a quelques minutes concernant un supposé double meurtre sordide. Des renforts se joindront à eux dans peu de temps. Il se dirige vers la scène de crime, l’odeur putride lui emplit les narines. Il remarque à sa droite son patron qui discute avec un homme dans la quarantaine, carnet et stylo à la main.  Il dépasse la banderole jaune et noir. Le cœur veut lui atterrir dans la paume. Le sang, les organes, la mort. Il court vers l’extérieur pour régurgiter. Deux patrouilleurs s’empressent de lui prêter main-forte. Ces derniers n’ont encore rien vu. 

— Ça va?  — Non, c’est dégueulasse là-dedans. Je ne peux pas croire qu’on puisse faire ça.  

Résumé

Dans un foyer d’accueil tranquille, ce soir-là chamboulera leur existence.

Sous la tutelle de Ginette, Étienne et Luc dorment dans la même chambre.  Étienne apprend que son père est sortit de prison. L’ayant dénoncé pour ses multiples agressions envers lui, il est certain qu’il viendra se venger.  Il en fera un cauchemar atroce.

Qui deviendra le cauchemar de Luc…

Car Étienne agis bizarrement lors de son sommeil.  Mais est-ce bien Étienne? Serait-ce un autre?

Car Quand tu dors…tout peut arriver!




Changement de programme

29112009

Qu’est-ce que je faisais en Science-Humaines?
Aucune idée

Arts et Lettres profil Interprétation (Théâtre)

Bientôt en hiver 2010…




Teaser de Quand tu dors…

28112009

 Pourquoi pas?

Image de prévisualisation YouTube

 

Musique: Diamond on a landmine (Billy Talent)




Tuteur au Centre d’Aide en Français

28112009

Une bonne nouvelle pour moi m’a été communiqué via le réseau intranet du Cégep de Jonquière. Avant de tout vous balancer sans la moindre explications, laissez-moi vous mettre en contexte.

Pour obtenir un Diplôme d’Études Collégial, il faut au minimum réussir 2 cours d’Anglais, 3 cours d’Éducation Physique, 4 cours de Philosophie et 4 cours de Français. Plus spécifiquement en Français, les cours sont répartis comme cela:

-Écriture et Littérature
-Littérature et Imaginaire
-Littérature Québécoise
-Français Adapté

Ce dernier met de l’emphase sur les communications orales et les présentations. On l’appelle Français 4 puisqu’il est généralement proposé en quatrième session.

Mais voilà que le Cégep offre ceci:

Pour la deuxième session, les étudiants ayant de la facilité en français peuvent s’inscrire au programme de tutorat. Si l’élève est choisi et jugé qualifié, il aura la possibilité de remplacé le Français 4 par des cours de tutorat en deuxième session. Pendant quelques semaines, il sera formé et ensuite il aura la responsabilité d’aider les semaines suivantes les élèves en difficulté par le biais du Centre d’Aide en Français.

Devinez quoi? J’ai été choisi!

Donc je vais passer ma prochaine session avec des relations d’entraide ou je partagerai ma facilité en orthographe, conjugaison, ponctuation et syntaxe avec des étudiants pour qui cela est plus difficile.

J’ai hâte!




L’effet Boule de Neige: Merci Jonathan!

26112009

L'effet Boule de Neige: Merci Jonathan! dans Mérites et Récompenses

 

Je voudrais remercier Jonathan Reynolds d’avoir choisi mon blog.  Le petit mot qu’il a rajouté m’a littéralement ému.  J’ai de la pression sur les épaules maintenant :) Bon, alors, voici un exemple de l’effet Boule de Neige.  Lorsqu’un bloggeur reçoit ce prix de la part d’un autre bloggeur, il doit révéler sept secrets que les autres bloggeurs ne connaissent pas de lui.  Ensuite, il doit saluer d’autres blogues et leur offrir ce prix, mais, tous les blogues que je lis l’on reçu alors je ne ferai qu’énumerer les blogues que j’aime lire. 

Maintenant, place au révélations!

1) Je suis extrêmement PARESSEUX.  Mais le terme exact est rêveur.  Lorsque vient le temps de faire des devoirs, des travaux, d’écrire, de m’avancer, de travailler, de faire le ménage, je pense à tout, sauf à ce que je dois faire.  Je manque d’ambition pour ce que je n’aime pas faire.  Je suis donc un peu libertain, j’aime être libre la journée; d’écrire et de lire sans avoir de pression!

2) Je suis un STRESSÉ de la vie.  Oh my god, oui! N’importe quoi peut me faire stresser, souvent des évènements assez loufoques.  Par exemple, dans la classe, quand le prof choisi quelqu’un pour un truc, je lève la main et je veux tellement être choisi que je stress à fond.  Un autre exemple, quand je vois un jeune auteur qui publie, je stress au max parce que je me dis: il me vole ma place! Peut-être ai-je trop l’esprit de compétition…faut aimer ce qu’on fait, je crois.

3) J’ai une autre passion que les mots: le THÉÂTRE.  Cette année, je suis dans la troupe Abztrackto, celle du Cégep de Jonquière.  Je joue un rôle principal et un secondaire et j’ai énormément de texte et de temps de glace.  Et devinez quoi? Notre pièce a été choisi pour être joué au Festival Intercollégial de Théâtre, qui se situe cette année au Cégep Lionel-Groulx.  Donc, si vous restez dans le coin, en mars, vous viendrez me voir.  Je vous redonne plus de détails cette hiver.

4) Comme Geneviève Blouin, (auteure et bloggeuse), je n’aime pas beaucoup engager la conversation.  Je suis gêné de nature.  Cependant, quand la conversation est avancé et que je me sens à l’aise dans un groupe: watch-out! Je suis fringant, des fois drôle (des fois pas) et assez fou.  Je parle beaucoup, je deviens très bavard.  Mais y aller de mon gré, c’est difficile.

5) La plupart des soirs (genre 6/7), j’ai de la difficulté à m’endormir parce que je m’invente plein d’histoires.  Parfois d’amour, parfois complètement absurdes.  Ces temps-ci, je m’invente des séances de signatures, des appels d’éditeurs, des salons du livre, des couverture de romans avec mon nom dessus.  Peut-être un jour cela deviendra-t-il réalité?

6) Je suis IMPULSIF.  J’agis sur le moment.  Mes pétages de coches sont quelque chose.  Mais je suis très gentil, je nargue personne, je respecte tous le monde.  C’est seulement quand on joue sur mes valeurs et avec mes nerfs que je rage.  Je travaille cependant à contrôler mes excès et je réussis assez bien, comparé à quand j’étais petit.

7) Je passe un peu trop souvent mon temps sur INTERNET. Je vais sur un site, je quitte et deux minutes plus tard, je reviens.  Je quitte tout de suite parce que je me dis : voyons, je viens juste d’y aller! Je regarde les blogues très souvent, trop souvent et vais voir mes messages au moins quinze fois par jour, sinon plus.  Souvent, cela m’empêche d’écrire.  Maudit web du diable!!!

Voilà mes révélations, j’espère que vous vous êtes régalés.

Maintenant, voici la liste des blogues que je vais voir presque à tous les jours:

+ Aveugle (Jonathan Reynolds)

+ L’ermite de rigaud (Richard Tremblay)

+ Tu Verras Clavier (Dominic Bellavance)

+ Les Archives du Sanatorium (Mathieu Fortin)

+ Le Hameau des Écrits (Pierre H.Charon)

+ La Plume Volage (Isabelle Lauzon)

+ La Plume et le Poing (Geneviève Blouin)

+ Les Carnets d’Émilie (Émilie C.Lévesque)

+ Le Castor Déplumé (François Bélisle)

+ Chronique d’une auteure talentueuse (Audrey Parily)

+ Le blogue des Nerdz

PS: la preuve que je vais les voir souvent est que j’ai fais la liste par coeur, sans référence, en me fiant à ma mémoire!




Alibis #32 (Automne 2009)

23112009

Alibis #32 (Automne 2009) dans Critiques - Revue Littéraire alibis32_400ALIBIS #32

(AUTOMNE 2009)

REVUE LITTÉRAIRE – ALIRE – 144 PAGES – 10$

Nous sommes du même sang (Sébastien Aubry)

Une nouvelle portant sur le thème de la pédophilie.  Un petit garçon a peur du monstre qui vient le hanter la nuit.  Un monstre qui grogne, qui a du plaisir.  En parallèle, on raconte l’histoire de Kaa, le moniteur d’un camp de vacance.  Partagé entre son amour pour Billy, un enfant, et sa morale, il puise dans son histoire la force nécessaire pour combattre ses vices.  J’ai bien aimé comment le tout est monté, c’est bien ficelé, le style de l’auteur est fluide et nous retient.  La finale laisse échapper un léger rire, un rire en dehors du contexte bien présenté par l’auteur. 8/10

Histoire(s) (Richard St-Marie)

Il pleut, ça c’est sûr! Attablé dans un bar, il (le héros) boit une bière pendant que sa femme se fait violer par le gars de vidéotron chez eux.  Il pourrait bien partir le gars et retourner chez lui, comme dans tout bon livre, mais ça se passe pas de même.  Pourquoi pas un arrêt à la tabagie.  Qu’est-ce qui peut se passer après? De la bière cassée, du sang, des bandits… Coup de coeur! Un style décapant que j’adore.  L’auteur joue avec son lecteur comme une poupée de chiffon et le garde bien alerte.  S’enchaîne ensuite des gags bien placés, une histoire virée dans tous les sens et parfois de l’incompréhension qui fait plaisir. 10/10

Matricule 53083 (Maxime Houde)

Pendant la guerre Allemande, de jeunes adultes forment un groupe d’oposition se voyant confier des missions de plus en plus périlleuses.  Mais c’est lors d’une simple livraison qu’Antoine sera mené à la Guestapo et deviendra le matricule 53083.  Durant son séjour, une seule envie lui titille: rendre visite à un vieil ami pour lui faire payer. Les histoires de guerre, c’est pas mon fort.  Cependant, je peux affirmer que celle-ci est bien bâtit.  Le début est un peu long, mais on embarque vite dans l’action des jeunes intrépides.  La fin est classique mais a un sens particulier. 8/10

De l’intérieur (François Lévesque)

Son père est plongé dans un coma profond.  Il lui rend visite trop souvent mais la relation avec son père est inébranlable depuis que sa mère les a quittés: enfin, c’est ce qu’il croyait! Pas vraiment aimé.  Un peu trop long à mon goût, pas vraiment de rebondissements, pas non plus de détails important, une grosse longueur.  Bon, c’est certain que la fin surprend mais faut passer au travers pour y arriver et le chemin est ardu.  5/10

Défense d’y voir (Élisabeth Vonarburg)

Ralf Matthew-Laurier est un riche qui aime chasser pour le plaisir de collectionner les animaux.  Sa femme Sylviane est malmené par son mari et c’est ainsi que la narratrice tombera amoureuse d’elle.  Elle a un plan soutirer Sylviane de Ralf, elle fera tout.  Elle apprendra la vérité sur celle qu’elle aime à ses dépends, malheureusement. En écrivant le titre, je viens de le comprendre, et pour ce petit bonheur, je rajoute un point.  Le lien entre le début, l’intrigue et la fin est formidable.  L’histoire est bien ficelée, un peu linéaire mais on s’attache.  J’aime le style de l’auteur, fluide. 8.5/10

 Un bon numéro avec une très bonne nouvelle, trois bonnes et une chancelante.

Liens:

+Revue Alibis




Chronique d’un blogueur frustré

22112009

Je déteste ne pas avoir d’auto, vivre loin de la métropole, être un pauvre étudiant et manquez tous les évènements intéressants.

D’abord le Congrès Boréal 2009
Ensuite le Salon du Livre de Montréal
Et le Lancement de Brins d’Éternité #25

Attendez, amis blogueurs, je vous coince tous au Congrès Boréal 2010! Ahahahahah!




Commande reçue

21112009

Le 20 novembre soit 11 jours plus tard. C’est dans les normes.
s50001261.jpg




Je hurle à la lune comme un chien sauvage – Frédérick Durand

17112009

Je hurle à la lune comme un chien sauvage - Frédérick Durand dans Critiques - Roman court hurleJE HURLE À LA LUNE COMME UN CHIEN SAUVAGE

(FRÉDÉRICK DURAND)

 COUPS DE TÊTE – ROMAN COURT – 88 PAGES – 10.95$

Résumé:

Jacques Larivière, un prostitué mâle, se fait proposer un contrat qu’il ne peut refuser. Avec cinq collègues, un homme et quatres femmes, il est invité, dans un manoir près de chez vous, à participer à une orgie organisée par des gens très important. Protégés par une équipe de fiers-à-bras, les grosses légumes vivent leur fantasmes, jusqu’à ce qu’un incident vienne compromettre le plaisir, et que la vie des invités ne soient soudain en danger…

Commentaires:

Un roman court sans trop de rebondissements, qui prend du temps à s’établir.

Coup de coeur pour le titre, mais sans plus.  Quoique pas vraiment mauvais, le roman m’a laissé un peu perplexe.  J’hésite à dire s’il s’agit d’un chef d’oeuvre, parce qu’à mon avis, l’histoire est simpliste avec quelques longueurs embarassantes.  J’ai eu l’impression qu’on essayait souvent de rajouter des mots pour faire plus de contenu, parfois inutile. 

Si le scénario se fait redondant à la longue, les personnages demeurent convaincants.  Le narrateur pique notre curiosité et on aurait aimé en savoir plus sur lui. L’ambiance est idéale, la course folle pour sortir est bien décrite ave son lot de péripéties, sur ce point, ça me va.

J’ai senti qu’on me poussait une morale sur la bourgeoisie et je n’ai pas apprécié.  Les nombreuses plaintes que fait le narrateur envers ces pauvres riches m’a laissé de glace, surtout dans un mini roman de 88 pages.  Il aurait fallu un peu plus d’actions et corser davantage l’intrigue.  La fin ne m’a pas épaté, elle était prévisible et inintéressante. Un coquille s’est également glissé à la page 47 lorsqu’on essaie de maîtriser une personne qui est supposé d’être morte. 

Bref, sous une couverture splendide, comme tous les Coups de Tête, se cache un texte un peu décevant.  Cependant, pour sa qualité de mettre dans l’ambiance, pour les personnages et pour le style, je considère qu’il vaut tout de même la peine d’être lu.

Ma note: 6.5/10

Liens:

+Coups de Tête

+Blogue de Frédérick Durand




Le Protocole Reston – Mathieu Fortin

16112009

Le Protocole Reston - Mathieu Fortin dans Critiques - Roman court RESTONLE PROTOCOLE RESTON

(MATHIEU FORTIN)

COUPS DE TÊTE - ROMAN COURT - 124 PAGES – 14.95$

Résumé:

Un monstre est capturé en Asie. S’agit t-il d’un mutant ou d’une créature dont on n’a encore jamais soupçonné l’existence? Une équipe de scientifiques de Toronto demande à ce qu’on lui expédie la chose, pour en déterminer l’origine, mais le cargo qui la transporte frappe un haut-fond en face de Trois-Rivières. La cage de plexiverre craque et le monstre s’enfuit. Trois-Rivières est assiégée. Victor, un jeune professeur, et son coloc Julien tentent d’échapper au fléau, mais les hommes et les femmes dont le monstre s’abreuve deviennent eux-aussi des monstres assoiffés de sang. Même le voisin Raoul, pourtant si cool… Pendant que la ville est sous le coup de cet assaut, le Protocole Reston est appliqué : tous les moyens de communication sont coupés : téléphone, radio, internet, télévision… et on refuse l’entrée au journalistes à l’intérieur du périmètre. Des luttes de pouvoir se jouent, dont les règles échappent aux dirigeants eux-mêmes. Parce que personne ne doit savoir. Personne. Jamais. Le protocole Reston, un roman d’action qui file à un train d’enfer.

Commentaires:

Un roman qui se lit sur un Coup de Tête, comme ça, à l’aveuglette, en fonçant dans le tas.

Des chapitres courts et efficaces, une intrigue enlevante, de classiques zombies qui dévoreront votre attention, voilà ce que nous offre Mathieu Fortin avec son Protocole Reston.  J’ai été ébahi, j’ai lu d’une traite, j’ai adoré.

Les phrases sont plaisantes à lire, elles s’enchaînent comme sur des roulettes.  L’action captive nous retient, puisqu’elle est abondante.  Les intermèdes sont géniaux, étanchent notre soif de savoir, abreuvent notre esprit de suspense et nous gardent en haleine.  Les personnages sont bien faits, même si l’oeuvre est courte.  On ressent leur panique, on vit avec eux leur peur. 

Fantastique, incroyable.  C’est bon comme ça se peut pas et je ne suis pas en train de lécher les bottes de l’auteur mais je crois qu’il a réussi un bon coup.  En tout cas, pour moi, c’est une oeuvre que je vais relire, assurément!

J’ai pas trop compris les problèmes stylistiques que proposent L’Ermite de Rigaud sur son blogue, en tout cas, moi j’étais trop pris avec l’histoire pour les remarquer.

J’attends la suite.

Ma note: 9.5/10

Liens:

+Le blogue de Mathieu Fortin

+Coups de tête

L’article est également disponible sur CôtéBlogue.ca







decobonheur |
diskacc |
la porte ouverte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE